Habiter un monde totalement urbanisé ?

Jacques Donzelot, sociologue de l’urbain, Université Paris X, directeur du Centre d’Études des Politiques Sociales
Discutante : Virginie Baby-Collin, géographe a Aix-Marseille Université

Mardi 21 mars 2017 | BIBLIOTHÈQUE DE L’ALCAZAR | 18h
Les Grands formats de l’Alcazar

La condition urbaine globalisée et ses flux : comment faire cohabiter différentes manières d’être au monde ?

Initiée au début du XIXe siècle avec l’industrialisation, l’urbanisation de la société a pris, depuis une quarantaine d’années un cours nouveau avec la globalisation. A l’attraction des villes sur les campagnes proches s’est substitué un triple mouvement qui installe tous les habitants de la terre dans la condition urbaine, mais selon des manières différentes, sinon opposées : celui qui conduit à la ville les migrants de pays lointains et pauvres, celui qui conduit les urbains à réinvestir les villages, celui qui porte la classe dite créative à aller de la ville à la ville.

Comment faire cohabiter les différentes manières d’être au monde liées à ces déplacements ?
Faut-il imposer une « égalité des territoires » ou bien s’employer à « accorder les mouvements »?

© Opale
© Opale

Jacques Donzelot est maître de conférences en sociologie politique à l’Université Paris X, directeur du Centre d’études d’observation et de documentation sur les villes et du Centre d’Etudes des Politiques Sociales. Reconnu comme l’un des grands spécialistes français de l’étude des questions sociales et urbaines, ses réflexions invitent à développer une nouvelle « citoyenneté urbaine ». Conseiller scientifique du Plan Urbanisme Construction Architecture depuis 1999, il dirige la collection La ville en débat aux PUF depuis 2008.

Bibliographie (sélection) : La France des cités. Le chantier de la citoyenneté urbaine, Fayard, 2013 ; À quoi sert la rénovation urbaine ? (dir.), Puf, 2012 ; La ville à trois vitesses, Éditions de la Villette, 2009 ; Vers une citoyenneté urbaine. La ville et l’égalité des chances, Éditions de la rue d’Ulm, 2009 ; Quand la ville se défait. Quelle politique face à la crise des banlieues ?, Seuil, 2008 (2006) ; L’invention du social : essai sur le déclin des passions politiques, Seuil, 1984 (Points Seuil, 1994) ; La police des familles, postface de Gilles Deleuze, Minuit, 1977 (Minuit, 2005)

 

virginie-baby-collin-donzelot-mars-drGéographe, Virginie Baby-Collin est professeure à l’École Supérieure du Professorat et de l’Éducation d’Aix-Marseille Université et développe ses recherches à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme. Elle y co-anime une équipe et un réseau de recherches pluridisciplinaire sur les migrations internationales en Méditerranée (MIMED). Ses travaux, inscrits dans le champ de la géographie sociale, portent sur les dynamiques contemporaines des espaces urbains et sur les migrations internationales à partir d’approches de géographie sociale multisituées, en Amérique latine, en Amérique du nord et en Europe méridionale. Membre de l’Institut Universitaire de France, elle participe également au réseau Terra-HN.