La Terre ou de l’agriculture universelle

Emanuele Coccia, philosophe

Conférence suivie d’un Apero Mundi
SAN 09 FÉV 2019 – 16h MARSEILLE, FRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur

Réservation conseillée > ici


Il est d’usage de considérer que l’agriculture et l’élevage sont des activités spécifiques propres à l’homme. Emanuele Coccia part du présupposé opposé, montrant que la Terre est le résultat d’une agriculture inter-spécifique de tous les vivants. Le monde dans sa totalité devient alors une sorte de réalité purement relationnelle où chaque espèce est le territoire agroécologique de l’autre ou des autres. De sorte qu’il n’existe pas d’espaces (ni d’espèces) sauvages car tout est cultivé et être au monde signifie être l’objet du jardinage des autres.

Philosophe d’origine italienne, Emanuele Coccia est spécialiste de philosophie et de théologie médiévale. Maître de conférences à l’EHESS, ses réflexions croisent philosophie, sciences de la nature et art. Il interroge de façon novatrice et singulière la question de l’ « être-au-monde », invitant à se repenser soi-même au milieu de ce qui nous entoure. Chacun de ses ouvrages a été salué par la critique.
Bibliographie : La vie sensible, Payot et Rivages, 2018 (2010) ; La vie des plantes. Une métaphysique du mélange, Payot et Rivages, 2016 (prix des Rencontres philosophiques de Monaco) ; Le bien dans les choses, Payot et Rivages, 2013.