BONUS EN VILLE 2020-2021

► ARCHIVES ( 2017, 2018, 2019…)

Associées pour la plupart aux cycles de conférences, ces programmations BONUS sont organisées avec le concours d’acteurs locaux et partenaires de la vie culturelle, économique et sociale.

 

MER 10 MARS 18H45 – VISIOCONFÉRENCE 

Les impacts du SARS-COV-2 sur nos vies et sur le Monde

Michel Lussault, géographe, ENS Lyon / École urbaine de Lyon – illustrations en direct Lou Herrmann, géographe

REPLAY  

suivi de VEN 12 MARS à 18h45 – CONVERSATION AVEC MICHEL LUSSAULT sur inscription, jauge limitée ► 04 90 07 24 80 – mediathequelescarmes@ampmetropole.fr

Sketchnotes visioconférence de Michel Lussault 10 mars 2021 © Lou HerrmannSketchnotes visioconférence de Michel Lussault 10 mars 2021 © Lou Herrmann

Pour Michel Lussault, le coronavirus est sans aucun doute le « personnage » de l’année 2020. Devenu en quelques mois un opérateur géopolitique majeur tirant profit des caractéristiques de la mondialisation urbaine, comment le Sars-Cov-2 a-t-il réussi l’incroyable « performance » d’affoler nos vies et de mettre le Monde sous stress ? Lors de cette conférence, le géographe nous invite à mesurer les impacts de cette pandémie sur nos manières d’habiter nos lieux et le Monde. 

« En quelques semaines, début 2020, la diffusion accélérée du Sars-Cov-2 a placé le Monde dans un état d’alerte inédit. Puis, là encore très vite, à partir du mois de mars le confinement s’est imposé dans de nombreux pays face à une pandémie incontrôlable. Les activités qu’on pensait les plus établies et les moins sensibles à ce genre d’aléa se sont retrouvées à l’arrêt.  Alors qu’à la fin 2019 toutes les projections économiques étaient optimistes, nous voici confrontés à la crise économique la plus grave depuis le début du XXe siècle, hors période de conflit. À cet ébranlement des fondements de la mondialisation répond une contrainte, elle aussi sans équivalent en temps de paix, sur la vie quotidienne de plus de la moitié des habitants de la planète. Le coronavirus est donc sans aucun doute le personnage de l’année 2020, un opérateur géopolitique majeur, qui a installé une situation nouvelle, dont nous ne savons pas encore comment et dans quel état nous allons vraiment en sortir. Cette conférence présentera des éléments d’explication de cette incroyable « performance » du Sars-Cov-2, qui a tiré profit des caractéristiques de la mondialisation urbaine et analysera également les impacts de cette pandémie sur nos manières d’habiter nos lieux et le Monde. »

Michel Lussault est géographe. Il enseigne à l’École Normale Supérieure de Lyon et dirige l’École urbaine de Lyon. Ses travaux s’intéressent à la production de l’espace urbain, à ses acteurs et à ses représentations. Le processus d’urbanisation mondialisée qui se manifeste selon lui par de nouvelles manières d’habiter collectivement la terre, constitue la principale « force instituante » d’une nouvelle réalité : le Monde. Afin de pouvoir amplifier de telles recherches qui exigent une véritable interdisciplinarité, il a créé en 2017 l’École urbaine de l’Université de Lyon, qu’il dirige désormais (https://ecoleurbainedelyon.universite-lyon.fr).

Bibliographie sélective : Chroniques de géo virales, Ed. 205 / Ecole Urbaine, 2020. Hyper-lieux. Les nouvelles géographies de la mondialisation, Seuil, 2017. L’avènement du monde. Essai sur l’habitation humaine de la terre, Seuil, 2013 ; Avec Jacques Lévy (dir.) Dictionnaire de géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 2003 (nouvelle édition 2013, 1137 pages). Murs et frontières (co-dir. avec Thierry Paquot), CNRS Editions, 2012 ; De la lutte des classes à la lutte des places, Grasset, 2009 ; Habiter, le propre de l’humain (avec Thierry Paquot et Chris Younès), La Découverte, 2007 ; L’homme spatial, Seuil, 2007

MAR 12 JAN 18H – VISIOCONFÉRENCE EN DIRECT

Passer du développement durable à l’économie régénératrice 

Tarik Chekchak, biomiméticien Institut des Futurs Souhaitables

Conférence co-animée avec l’association étudiante Forum Events / Kedge Business School

LIEN D’ACCÈS WEBEX

Que peut-on apprendre du fonctionnement d’une forêt ou d’un récif de corail ? Le biomimétisme, accélérateur d’innovations à haute valeur ajoutée en responsabilité sociale et environnementale, est pour l’écologue Tarik Chekchak un pilier d’inspiration pour passer du développement durable à l’économie régénératrice.

« Stopper les impacts négatifs générés par nos modes de production et de consommation ne suffit plus. Il s’agit à présent d’accélérer la transition en fixant du carbone et en régénérant les milieux naturels dégradés, tout en posant les enjeux humanistes et démocratiques au cœur de l’intention. L’économie régénératrice reliant transition écologique et principes humanistes en est un bon exemple. Ses principes sont à l’origine de nombreux courants et initiatives très concrètes portées au niveau local : économie symbiotique, permaéconomie, Living Building Challenge dans l’urbanisme, approche biomimétique des territoires et des organisations (Genius of Biome, Projet Bio-vallée)… Autant de signaux montrant l’émergence d’un désir de futurs souhaitables, réconciliant l’économie avec les principes issus de 3,8 milliards d’années d’expérimentation de la vie sur Terre. »

Tarik Chekchak est ingénieur écologue. Il est  l’un des pionniers en France du biomimétisme. Ses réflexions visent à stimuler l’émergence d’innovations inspirées des systèmes vivants, depuis le  niveau intracellulaire jusqu’à  l’ensemble de la biosphère. Membre fondateur du Centre Européen d’excellence en biomimétisme (CEEBIOS), il est directeur du pôle biomimétisme de l’Institut des Futurs souhaitables. Pendant 12 ans il a été  directeur « Sciences et Environnement » de l’équipe Cousteau, et  dirige depuis 15 ans des expéditions maritimes en Arctique et Antarctique.

Bibliographie sélective : « Le biomimétisme ou comment l’animal nous permet de mieux comprendre l’homme » in L’animal est-il l’avenir de l’homme ?, Larousse, 2017


Conférence organisée en partenariat avec le Programme Grande École des campus de Kedge Business School Bordeaux et Marseille et l’association étudiante Forum Events.